La charte de qualité

A – PREAMBULE

1 – Objectif de la présente charte de qualité :

a) Valoriser les miels produits par les apiculteurs de « L’Abeille du Forez »,
b) Certifier le respect de pratiques apicoles modernes. Au cours du long cheminement qui conduit le nectar de la fleur au pot, certaines étapes sont déterminantes pour la qualité du produit final,
c) Garantir un miel répondant à des critères de qualité objectifs.

2 – Adhésion à la présente charte de qualité

Elle est basée sur le principe de l’engagement volontaire de l’apiculteur à respecter l’intégralité des obligations de la charte de qualité. Celui-ci s’engage donc moralement aussi bien vis à vis du Syndicat « L’Abeille du Forez », promoteur de cette charte de qualité, que vis à vis du consommateur.

B – LE CAHIER DES CHARGES

1 – De la législation.

L’apiculteur qui désire adhérer à cette charte de qualité doit être adhérent de « l’Abeille du Forez », à jour de sa cotisation.
Il doit avoir déclaré son (ses) rucher(s) à la DDPP via le GDS.
S’il commercialise du miel de montagne, il doit avoir fait les démarches administratives nécessaires et avoir droit à cette appellation.
Il doit en outre avoir un registre d’élevage et le tenir à jour, conformément à la loi.

2 – De l’emplacement du rucher.

Le rucher doit être situé dans un endroit sec, aéré, ensoleillé et les ruches doivent être convenablement isolées de l’humidité du sol.

3 – De la conduite des ruches.

Les visites de printemps et d’automne doivent être effectuées avec renouvellement de deux cadres par an dans le corps de ruche, nettoyage du plancher, contrôle de l’état sanitaire, traitements antivarroas avec des produits et des méthodes homologuées.
Les ruches malades doivent être mises en quarantaine, traitées conformément aux directives de l’agent sanitaire et hors production.
Les cadres de hausse ayant contenu du couvain seront changés régulièrement.
L’emploi du paradichlorobenzène est interdit pour la protection des hausses vides contre la teigne. Tout nourrissement est interdit en période de butinage.

4 – De la récolte.

Afin de ne pas détériorer la qualité du miel, aucun répulsif chimique ne doit être utilisé et l’enfumage doit être modéré.
Lors de la récolte et du transport, les hausses doivent être maintenues isolées du sol (risque de souillure).
Ne seront récoltés que les cadres contenant environ 80% de miel operculé.
Les cadres contenant du couvain ne doivent pas être récoltés.

5 – De l’extraction.

Elle doit se faire dans un local propre et sec, sans odeurs parasites et si possible réservé à cet effet.
En cas d’operculation incomplète, un contrôle au réfractomètre sera effectué auparavant de façon aléatoire sur plusieurs cadres. L’emploi du déshumidificateur est recommandé.
L’emploi d’un couteau à désoperculer chauffant est autorisé ; cependant il devra être muni d’un thermostat et réglé sur la position la plus basse compatible avec la désoperculation.
Le miel sera filtré au travers d’une toile nylon de maille 600 microns (la plus fine).
Tout le matériel d’extraction, de filtration et de maturation doit être en acier inoxydable ou en plastique, de qualité alimentaire.
Tout le nettoyage du matériel doit se faire à l’eau. Si un détergent est nécessaire il doit être de qualité alimentaire.

6 – De la maturation et de la mise en pots.

Au fur et à mesure de l’extraction le miel sera mis à maturer. Après dix à quinze jours de maturation, la mise en pots ou en seaux hermétiques pourra être faite, après écrémage soigné.
Les opérations devront s’effectuer dans des conditions d’hygiène et de propreté exemplaires.

7 – Du stockage et du défigeage.

Le stockage doit se faire dans un local sain, à l’abri des rayonnements lumineux et à une température la plus proche possible de 14°.
La cristallisation sera éventuellement contrôlée par ensemencement.
Lors du défigeage la température ne devra pas dépasser 40°. Le miel sera agité pendant la fonte des cristaux pour favoriser la conductibilité thermique. Le temps de chauffe sera limité au strict nécessaire.

8 – Des critères de qualité du miel.

Le miel doit être conforme au décret n° 2003-587 du 30/06/2003 pris pour l’application de l’article L214-1 du Code de la Consommation en ce qui concerne le miel.
Les deux principaux critères retenus sont les suivants :

  • Teneur en eau inférieure ou égale à 18%. Exception 21% pour la bruyère callune.
  • Teneur en H.M.F. inférieure ou égale à 15 mg/Kg, (hydroxy méthyl furfural, c’est un critère qui mesure le vieillissement du miel).

Le miel doit être exempt de corps étrangers, d’odeurs ou d’arômes exogènes.
Le miel peut être présenté sous forme liquide, cristallisée, « crème » ou « en rayon ».
Le miel présenté en rayon devra être « le miel emmagasiné par les abeilles dans les alvéoles operculées, de rayons fraîchement construits par elles-mêmes ou à partir de feuilles de cire gaufrées spéciales réalisées uniquement en cire d’abeille ». (décret 2003-587)
Un miel en cours de cristallisation (aspect trouble) ne doit pas être mis en vente. Un apiculteur vendant du miel en dépôt-vente devra surveiller celui-ci et échanger les pots présentant des défauts.
Pour ce qui concerne les miels d’appellation (miels de cru et appellation « montagne »), celle-ci est faite sous la responsabilité de l’apiculteur.

9 – De l’emballage et de l’étiquetage.

Le conditionnement pour la vente se fera en pots en verre uniquement.
Ils devront être propres et secs lors du remplissage et ne pas avoir contenu d’autres denrées que du miel.
Les capsules doivent fermer hermétiquement pour assurer une conservation optimale.
L’étiquetage devra répondre aux dispositions des articles R 112-1 à R 112-33 du Code la Consommation et des arrêtés du 7 Décembre 1984, ainsi qu’au décret n° 2003-587 du 30 Juin 2003 (J.O. du 02.07.2003). Les mentions obligatoires sont les suivantes :
a) La dénomination de vente: MIEL ou MIEL de FLEURS ou MIEL DE NECTAR ou MIEL DE MIELLAT.
b) La dénomination de vente spécifique: miel de + origine florale ou végétale; miel de + origine régionale, territoriale ou topographique; miel en rayon.
c) Une sous mention éventuelle: miel de printemps; miel crémeux; miel de montagne.
d) La quantité nette
e) La date jusqu’à laquelle la denrée conserve ses propriétés spécifiques (maximum 2 ans après la mise en pots pour le miel). La date sera annoncée soit par la mention « à consommer de préférence avant le « ../../.. » et exprimée avec le jour,le mois et l’année, soit par  » A consommer avant fin…. » Complétée par l’indication du numéro de lot.
f) Le nom et l’adresse de l’apiculteur.
g) La mention « Origine France » ou « Miel de France » ou « Récolté en france ».
Les mentions a), b), c), d), e), doivent être situées dans le même champ visuel.
Une contre-étiquette délivrée par le Syndicat « L’Abeille du Forez » attestant l’engagement pris par l’apiculteur de respecter la charte de qualité sera apposée par l’apiculteur.

10 – De la vente.

L’apiculteur qui désire adhérer à cette charte de qualité s’engage à ne vendre que du miel de sa propre production.

11 – Du contrôle.

Le conseil d’administration de « L’Abeille du Forez » se réserve le droit de suspendre ou de retirer l’utilisation de la contre-étiquette en cas de non respect du cahier des charges de la charte de qualité.

C – LA CONTRE ETIQUETTE

D – COMMENT ADHÉRER A LA CHARTE DE QUALITÉ ?

Télécharger la demande d’adhésion ICI, accompagnée d’un chèque à l’ordre de « L’Abeille du Forez » d’un montant de 6,00 euros pour un paquet de 250 contre-étiquettes (ou un multiple de 6,00 euros pour plusieurs paquets) et la faire parvenir à :

Jean-Louis PERDRIX
120 Pic des Echaux
42600 Essertines-en-Châtelneuf

En retour il vous sera adressé un exemplaire de la Charte de Qualité signée par le Président et que vous pourrez signer aussi, ainsi que les contre-étiquettes commandées.

Bulletin N°45 Mars 2005