Essaimage artificiel

La sélection et le renouvellement des reines à travers différentes techniques d’élevage et d’essaimage artificiel

Il est indispensable dans un rucher d’avoir des reines jeunes, dynamiques, de qualités pour avoir un rapport correct. Pour cela l’apiculteur doit maîtriser son rucher, faire de la sélection, rémérer ses colonies.

Tout d’abord, quelques petits rappels :

Pour faire une reine, il faut 16 jours. Mais attention, s’il y a orphelinage, 10 à 13 jours suffisent car l’élevage royal peut débuter sur un oeuf, ou une larve de moins de 3 jours.
Il faut 36 heures pour qu’une colonie oublie sa reine et se sente orpheline à 100 %.
Il faut 24 heures pour qu’un essaim orphelin accepte bien une cellule royale, sauf si l’essaim provient d’une colonie voulant essaimer (présence de cellule royale).136-3697_IMG6x4
Les cadres de couvain ouverts sont toujours acceptés.
On peut stocker des cellules royales dans une ruche orpheline jusqu’à l’éclosion de la première.
On peut stocker des reines vierges encagées peu de temps (pas souhaitable et très difficile).
On peut stocker des reines fécondées encagées avec des accompagnatrices dans le noir à 20° avec du candi, pendant une quinzaine de jours, s’il fait trop sec leurs donner à boire sur un tissus humide.
Les cellules royales naissantes sont bien acceptées, même dans un essaim fait du matin. On les introduit par l’entrée, ou par dessus les cadres englués dans du miel.
Les cellules royales ne doivent pas être secouées après l’operculation, et toujours transportées verticalement.
On peut greffer des cellules royales ouvertes.
On peut greffer des carrés d’oeufs.
Les reines vierges sont mal acceptées.
Les reines en ponte sont acceptées après 36 heures d’orphelinage si l’on prend des précautions. La reine doit être mise dans une cage à reine, ou sous un grillage sur couvain naissant (environ 15 x 15 cm) sans abeilles. Les abeilles naissantes, deviennent la cour de la reine et celle-ci pond dans les cellules libérées.
Les abeilles sont acceptées si elles sont stressées, ou si l’on change les odeurs par pulvérisation aromatique.
Les abeilles perdent leur point de repères géographique à partir de trois kilomètres.
Il faut tenir compte de la race des abeilles:
les noires préfèrent les noires.
les italiennes sont bonne éleveuse.
Il faut tenir compte de la miellée, de la température, du pollen, de l’âge des éleveuses.

Le remerrage :

On peut supprimer la reine et laisser élever naturellement, mais attention si la ruche est populeuse, il ne faut laisser qu’une cellule après avoir châtré sinon il y aura essaimage.
On peut après 36 heures d’orphelinage introduire un nuclei avec une reine en ponte. Il faut encager la reine avec ses accompagnatrices.
On peut substituer une reine en ponte encagée 36 heures après l’orphelinage.
On peut introduire une cellule royale sélectionnée après avoir orpheliné depuis 7 jours, mais il faut châtrer toutes les cellules royales existantes.
On peut éclater la colonie avec la méthode de l’éventail.
Un essaim naturel reprend une très grande vigueur malgré l’age de la reine et se rémére de lui même dans l’année.
Le remérage d’une reine doit s’effectuer dans sa 3ème année, il est impératif de supprimer la reine quand elle est encore bonne.

Production de cellules royales :

Pour cela il faut :

  • Orpheliner une très bonne ruche. Trois jours après, il faut châtrer toutes les cellules royales. Les abeilles pourront recommencer leur élevage grâce aux oeufs devenus des larves. Le deuxième élevage sera meilleur, car il y aura plus de gelée royale.173-7317_img6x4
  • Récupérer des cellules royales dans le rucher, ce sont les meilleures car ce sont des élevages naturels, mais on ne maîtrise pas le calendrier.
  • Séparer le couvain en deux, un corps de ruche avec la reine, en dessus une hausse vide, puis une hausse pondue. Un élevage royal se fera dans la hausse du dessus.
  • Après avoir introduit une feuille de cire gaufrée au bord du couvain, huit jours après, elle est étirée, on la place au milieu du couvain. Trois à quatre jours après elle est pondue, on coupe des bandes horizontales dans cette cire bien blanche pour que les abeilles après un orphelinage, étirent en dessous de ces bandes des cellules faciles à découper.
  • Elevage de cellules par picking (méthode plus adaptée aux ruchers importants).

Les essaims :

La production d’essaims peut se faire de plusieurs manières :

  • Essaim orphelin toujours avec du couvain provenant d’une ou plusieurs colonies.
    • On peut laisser élever tout seul. La naissance de la reine se fera 10 à 13 jours après. Le contrôle de la ponte s’effectuera un mois après le début de l’opération.
    • On peut introduire une cellule operculée ou non, 24 heures après la formation de l’essaim.
    • On peut introduire une reine fécondée 36 heures après, en cage ou sous grillage.
    • On peut greffer un carré d’oeuf 7 jours après l’orphelinage, mais attention il faut châtrer toutes les cellules royales naturelles existantes. On visitera sans manipuler le nuclei 8 jours après pour vérifier la présence de cellules royales.
  • Essaim avec cellule royale provenant d’une ruche voulant essaimer.
    • On peut conserver toutes les cellules royales pour un usage ultérieur, mais si l’on ne les utilise pas on ne doit en laisser qu’une. Le contrôle de la ponte se fait 3 semaines après.
  • Essaim nu avec reine fécondée.
    • Il est obtenu soit par secouage, soit par tapotement dans le cas de vieilles ruches vulgaires (paillas, tronc d’arbre…).
    • Il y a la possibilité de faire un double tapotement, pour récupérer la première fois les 2/3 des abeilles et la reine, puis 21 jours plus tard un 2ème tapotement pour obtenir le reste des abeilles qui sont nées ainsi qu’une nouvelle reine née elle aussi suite au premier tapotement.
  •  Essaim nu sans reine.
    • Ce type d’essaim peut être une prévention d’essaimage, car les abeilles peuvent être prélevées dans une ou plusieurs ruches très populeuses. Pour maintenir un paquet d’abeille dans une ruchette il faut un minimum de couvain, environ la valeur d’un cadre de hausse, sinon l’essaim risque de déserter la ruchette. Pour avoir l’élevage désiré il suffira de greffer un carré d’oeuf provenant d’une ruche sélectionnée, ou une cellule royale le lendemain.

Quelques conseils :

  • Il ne faut pas faire de trop forts essaims car ceux ci auront tendance à essaimer.
  • Les meilleurs jours pour le greffage des cellules royales sont les 9ème et 10ème jour, c’est là qu’elles sont le moins fragiles.
  • Si 8 jours après la récolte d’un essaim la ponte a commencé alors c’est une vieille reine, si elle n’a pas commencé alors c’était un essaim au moins secondaire et la reine était vierge.
  • Un essaim secondaire peut avoir 5 à 6 reines vierges.
  • Pour être plus certain de maintenir un essaim secondaire enruché, il est nécessaire de l’enfermer au noir, dans une cave, pendant 2 ou 3 jours, avec de la nourriture (1/2 litre de sirop).
  • Il faut porter attention lorsque l’on effectue un essaim de bien avoir à l’esprit la population actuelle et à venir de l’essaim. Car si l’on dote l’essaim d’un cadre de nourriture, un cadre de cire gaufrée, de 3 cadres de couvain prêt à naître, plus toutes les abeilles qui étaient sur les 3 cadres cela représente environ la valeur de 6 cadres. La ruchette se trouve vite remplie d’abeille. En plus si la reine n’est pas née ou ne pond pas tout de suite, il y a un blocage de ponte, attention à la rentrée de miel.
  • Il faut pour un petit rucher faire une production de cellules royales en petite quantité par orphelinage de la souche sélectionnée :
    • 9 jours avant la production des essaims.
    • 10 jours avant le greffage de la cellule royale.
  • Il est possible de confectionner des essaims dans des hausses, ceux si ont l’avantage de pouvoir servir à remérer une mauvaise colonie facilement, en ayant pris soin auparavant d’orpheliner la colonie 48 heures avant.
    Le rassemblement de la ruche orpheline et de la hausse pourra se faire de plusieurs manière, feuille de papier journal, pulvérisation aromatique, ou tout simplement le stress (la hausse ne sera pas désordonnée, tandis que les cadres du corps seront secoués devant la ruche, et la hausse sera reposée dessus.
  • Pour avoir un essaim dans une hausse, il suffit de tapoter le corps de ruche, si bien que les abeilles ainsi que la reine monteront dans la hausse. Une fois montées, on intercalera une grille à reine entre la hausse et le corps.
    Une fois la hausse pondue, il suffira de faire redescendre la reine et d’intercaler entre la grille à reine et la hausse pondue une deuxième hausse remplie de rayons. Le couvain étant séparé, il y aura un élevage qui s’effectuera dans la partie n’ayant pas de reine. On séparera 10 jours après le corps de la hausse en l’éloignant de plus de trois kilomètres.
  • On peut effectuer ce que l’on peut appeler « le coup du roi ». Il faut préparer une hausse avec 2 cadres de couvain ouvert avec oeufs et larves, et la mettre avec un plancher à l’emplacement de la ruche.
    Sur le corps de ruche on place une grille à reine puis une hausse, et on place le tout ailleurs.
    Les butineuses vont revenir à la hausse, si il y a une miellée, il faudra mettre une deuxième hausse. La ruche perd toutes ses butineuses mais augmente en nombre (il y a toujours la reine), elle fait une petite récolte mais se prépare pour la miellée de montagne.
    Dans la hausse, un élevage s’est crée, il y a un petit nuclei. Après la première miellée, il reste deux hausses pleines de miel et un petit nuclei. La ruche est prête pour la montagne.
    En fin de saison, vers le 14 juillet, il faut faire un blocage de ponte en grillageant la reine (rentrée de miel plus important) jusqu’à la récolte.
    Une fois la récolte faite, redescendre la ruche au rucher d’hivernage et la poser sur une hausse avec un nuclei.
    Faire un traitement anti varroa car il n’y a pratiquement plus de couvain (blocage de ponte) de ce fait, le traitement peut être moins long.
    Ensuite il faut tuer la vieille reine de la ruche, et 48 heures après enlever le plancher de la ruche. La colonie hivernera sur plancher chaud (une hausse en dessous de la ruche).
    Au mois de mars de l’année suivante, on passera la hausse de dessous dessus. On peut accentuer le résultat avec deux ruches voisines. Les avantages de ce système sont : toujours des reines de un an, traitement des varroas idéal, plus de miel et moins de soucis d’essaimage.

Pour toutes ces opérations, il est préférable d’avoir des reines marquées.
Ce résumé n’est pas parfait, si il reste des questions, il sera nécessaire de venir au rucher école.

Texte : Gilles BEAL ; Crédit photos : Véronique SIMEON