Que faire en JANVIER !

Le blog icko : La ruche au mois de janvier… gerbeaud.com : Janvier au rucher
ALERTE !

Des rumeurs sur une moindre efficacité des inserts Apivar circulent depuis longtemps ; un courriel du GDSA il y a quelques semaines dans ce sens a appelé à la vigilance ; des affaiblissements anormaux de colonies à cette période et des pertes complètes (couvain abandonné, poignée d’abeilles, voire plus du tout) ont  été constatés et nous ont été rapportés.

Samedi dernier en fin de matinée une petite équipe est allée au rucher-école pour peser les ruches et nourrir en conséquence. Quelques ruches mortes ont été trouvées ; une visite rapide mais complète a été faite alors. Ce que nous avons trouvé confirme tout à fait cela : la varroase fait des ravages en dépit d’un traitement aux inserts Apivar dans le strict respect du protocole.

Il faut alors probablement s’attendre à des pertes importantes cet hiver

 Nous vous invitons donc à surveiller activement vos colonies et à ne pas négliger le traitement à l’acide oxalique hors couvain, voire à l’anticiper si nécessaire.

L’acide oxalique a fait la preuve de son efficacité et à l’avenir il faudra sans doute le privilégier, d’autant plus que sa mise en oeuvre est facile et qu’il est d’un coût raisonnable. Autre avantage, il est compatible avec les pratiques biologiques.

Le Syndicat vous apportera son aide dans la mise en oeuvre de ce mode de traitement et un article à paraître dans le bulletin de novembre vous apportera déjà des informations.

Dans l’immédiat, pour la mise en oeuvre de l’acide oxalique par dégouttement,

Marc FOUGEROUSE  /  Jean-Louis PERDRIX

HIVER

168-6838_img6x4

Travaux d’hiver
Consommation hivernale
La survie hivernale
Au rucher les 3 premiers mois de l’année
Mortalités hivernales

D’OCTOBRE à fin FEVRIER : Les abeilles forment une grappe active et utilisent leurs provisions de miel pour se nourrir et maintenir une température nécessaire à leur survie. Elles ne sont pas en état d’hibernation. Le moindre réchauffement extérieur leur permet de sortir pour leur vol de propreté.
Pendant cette période, la ruche ne doit en aucune façon être dérangée.

L’apiculteur met à profit cette période de répit pour faire des travaux de réparation (remise en état des ruches vides), préparer des cadres, fondre les cires d’opercules, mettre en ordre les notes prises au cours de l’année lors des visites, mettre à jour ses connaissances (revues et ouvrages apicoles) et ….préparer la saison à venir.