La loque européenne

I – Généralités :

C’est une maladie du couvain ouvert, non operculé, beaucoup moins grave que la loque américaine car les causes favorisantes sont mieux connues.

ll – Étiologie :

1/ Agents pathogènes :

  • Streptcoccus pluton, qui n’a pas de forme de résistance.
  • Baccilius alvei qui a une forme de résistance, mais plus faible que baccilius larvae.

rucher_ecole_02_04_2016_034

Ces deux formes sont les plus connues, mais il en existe d’autres.
Les agents pathogènes sont amenés à la larve et se multiplient immédiatement, ils tuent la larve du couvain ouvert.

2/ Causes favorisantes :

La cause favorisante la plus connue est l’alimentation et en particulier la carence en pollen.
Les nourrices sécrètent la gelée royale pour nourrir les larves les trois premiers jours et il leur faut pour cela du pollen. S’il y a une carence alimentaire en pollen la gelée royale devient de mauvaise qualité. Le varroa peut aussi en « pompant » l’hémolymphe fatiguer l’abeille qui sécrétera une gelée royale de mauvaise qualité pouvant entraîner l’apparition de la loque européenne.

lll – Symptômes :rucher_ecole_13_04_2013_025

a/ couvain en mosaïque :
b/ rien sur les opercules (couvain ouvert),
c/ anomalies au niveau des larves dans l’alvéole : elles conservent leur forme, ce n’est jamais filant. Les larves changent de couleur en passant du blanc nacré au jaunâtre, puis au jaune et au marron. Il y a une odeur de vinaigre ou de pourri désagréable, mais peu caractéristique. En évoluant, il y a formation d’écailles loqueuses non adhérentes donc facilement nettoyées par les abeilles.

lV – Conduite à tenir :

Exactement la même conduite que pour la loque américaine, sans le transvasement : même dose d’antibiotique, en trois fois, en cas d’atteinte grave changer les cadres.

Texte : Thierry BONNARDEL